Accueil » L’accomplissement des prophéties par Notre Seigneur Jésus-Christ

L’accomplissement des prophéties par Notre Seigneur Jésus-Christ

Par Brice Michel
0 Commentaire
accomplissement propheties
image_pdfimage_print

L’accomplissement des prophéties de l’Ancien Testament au sujet du Messie dans les moindres détails par Jésus de Nazareth ne laisse aucun doute sur le fait qu’il était le Messie attendu par les juifs. Avec les miracles opérés par Jésus-Christ et l’accomplissement des prophéties en sa personne, Dieu nous a ainsi donné tous les signes nécessaires pour que nous sachions que la religion catholique est la seule religion divine et qu’elle est donc celle que nous devons suivre.


“Prophéties réalisées en N.-S. Jésus-Christ

117.D Jésus-Christ est-il le Messie ?

R. Oui, Jésus-Christ est vraiment le Messie.

Il est le Sauveur promis dans le Paradis Terrestre ;

L’envoyé divin attendu par les patriarches ;

Le nouveau Législateur annoncé par Moïse ;

L’Emmanuel prédit par les prophètes ;

Le Rédempteur désiré par toutes les nations.

Il a réalisé en sa personne toutes les prophéties de l’Ancien Testament relatives : 1° à l’origine du Messie ; 2° à l’époque de sa venue ; 3° aux diverses circonstances de sa vie.

Jésus-Christ est donc le Messie, l’envoyé de Dieu pour établir la Religion nouvelle qui devait succéder à la Religion mosaïque. Mais une Religion établie par en Envoyé de Dieu est une Religion divine ; donc la Religion chrétienne fondée par Jésus-Christ est divine.

I. Prophéties concernant l’origine du Messie.

Dans le Paradis Terrestre, après la chute, Dieu promet un Sauveur à nos premiers parents. Ils transmettent cette espérance à leurs descendants, et on la retrouve chez tous les peuples.

Dieu renouvelle cette promesse aux patriarches Abraham, Isaac et Jacob ; il leur promet que toutes les nations seront bénies en Celui qui sortira de leur race.

Jacob, éclairé d’un esprit prophétique, annonce à Juda, son quatrième fils, que le Libérateur naîtra de lui. Dans la tribu de Juda, Dieu choisit la famille de David. Il dit à ce roi : « Je mettrai sur ton trône un fils qui sortira de toi, mais dont le règne sera éternel : je serai son Père, et il sera mon Fils. »

Ainsi, le Messie doit être à la fois Fils de David et Fils de Dieu. Or, Jésus-Christ seul réunit ces conditions : il est descendant d’Abraham, de la tribu de Juda, de la famille de David, comme le prouve sa généalogie ; il est le seul dont le règne soit éternel : il est donc le Messie.

II.Prophéties concernant l’époque de la venue du Messie.

1° Prophétie de Jacob.

Sur son lit de mort, ce patriarche, annonçant à chacun de ses fils le sort qui lui est réservé, dit à Juda : « Le sceptre ne sortira point de Juda, ni le chef de sa race, jusqu’à ce que vienne Celui qui doit être envoyé, et qui sera l’attente de toutes les nations. » Genèse 9. D’après cette prophétie, le Messie doit venir à l’époque où ma tribu de Juda perdra l’autorité signifiée par le sceptre. Or, au temps où Jésus-Christ est venu, l’autorité venait de passer aux mains d’Hérode, prince iduméen, qui gouvernait pour le compte des romains : les juifs eux-mêmes constatèrent la perte de leur autorité nationale, lorsqu’ils dirent à Pilate : Nous n’avons pas le droit de mettre à mort…Jésus-Christ est donc venu au temps marqué par Jacob.

2° Prophétie de Daniel.

Pendant la captivité de Babylone, Daniel priait ardemment le Seigneur de mettre fin aux souffrances de son peuple et d’envoyer le Messie. L’ange Gabriel vint lui dire :

« Le temps a été réduit à 70 semaines pour ton peuple et pour ta ville sainte. Après quoi, la prévarication sera abolie et le péché prendra fin ; l’iniquité sera effacée et fera place à la justice éternelle ; les visions et les prophéties auront leur accomplissement ; le Saint des saints recevra l’onction. »

« Grave-le bien dans ton esprit : Depuis l’ordre qui sera donné pour rebâtir Jérusalem jusqu’au Christ, Chef du peuple, il y aura 7 semaines et 62 semaines : les murs et les édifices public seront relevés malgré bien des obstacles. »

« Après les 62 semaines, le Christ sera mis à mort ; et le peuple qui l’aura renié ne sera plus son peuple. Un autre peuple viendra avec son chef, qui détruira la ville et le temple ; cette ruine sera la fin de Jérusalem : la fin de la guerre consommera la désolation annoncée. »

« Dans une semaine (celle qui reste) le Christ scellera son alliance avec plusieurs. Au milieu de la semaine, les victimes et les sacrilèges seront abolis ; l’abomination de la désolation régnera dans le temple, et la désolation n’aura plus de fin. »

D’après cette célèbre prophétie, le but de la venue du Messie est la rémission des péchés, le règne éternel de la justice. Dans 70 semaines, toutes les prophéties doivent être accomplies.

Il s’agit de semaines, d’années, selon la manière de calculer ordinaire aux juifs : les 70 semaines font ensemble 490 ans.

Le prophète indique le point de départ des semaines : c’est la publication du décret pour la reconstruction de Jérusalem. Cet édit fut donné par Artaxercès-Longue-Main, la 20e année de son règne, 454 avant Jésus-Christ.

Le prophète divise les 70 semaines en trois périodes fort inégales : sept, soixante-deux et une : 1° dans la première, qui est de 7 semaines, 49 ans, les murs de Jérusalem doivent être construits avec de grandes difficultés. L’histoire prouve qu’il en fut ainsi.

2° la seconde période composée de 62 semaines, ou 434 ans, doit s’écouler avant que le Christ soit mis à mort. Ces 434 ans, ajoutés au 49 ans de la première période, se terminant l’an 29 de l’ère chrétienne. 15e année du règne de Tibère, année de la prédication de S. Jean-Baptiste.

La dernière période n’embrasse qu’une semaine, pendant laquelle le Messie doit confirmer son alliance, c’est-à-dire établir sa loi, être rejeté par son peuple et mis à mort ; les hosties et les sacrifices doivent être abolis. Un peuple étranger doit venir venger ce crime en dispersant les juifs et en détruisant la ville et le temple.

Or, tout cela est arrivé : au commencement de la 70e semaine, l’an 30 de notre ère, Jésus commence ses prédications : elles durent trois ans et trois mois. Au milieu de la même semaine, l’an 34, Jésus est mis à mort par les juifs, et les sacrifices de l’Ancienne Alliance sont remplacés par le sacrifice du Calvaire. Environ 36 ans après la mort de Jésus-Christ, l’An 70, l’armée romaine et son général Titus ruinèrent Jérusalem et son temple. Depuis ce jour règne la désolation sans fin du peuple juif, parce qu’il a renié le Christ. C’est donc en Jésus-Christ et en lui seul, que s’est réalisée la prophétie de Daniel. Il est donc le Saint des Saints annoncé par le prophète.

3° Prophétie d’Aggée et de Malachie.

Au retour de la captivité de Babylone, les anciens d’Israël, qui avaient vu la magnificence du temple de Salomon, pleuraient à la vue du nouveau temple construit par Néhémie. Pour les consoler, Aggée leur annonce que le Désiré de toutes les nations viendra dans le nouveau temple et le remplira de gloire. (Aggée, 2, 7 .)

Malachie prédit que le Messie, le Dominateur, l’Ange de l’Alliance, viendra dans son temple aussitôt que son précurseur lui aura préparé la voie. (Malachie, 3, 7.)

Or, Jésus-Christ a visité souvent ce temple détruit pour toujours 37 ans après sa mort. Ce temple n’a reçu la visite d’aucun grand personnage autre que Jésus-Christ ( Jean-Baptiste fut son précurseur, et il le présentait au peuple en disant : Voilà l’Agneau de Dieu.) C’est donc en Jésus-Christ et en lui seul, que ce sont réalisées les prophéties d’Aggée et de Malachie.

Les prophéties de Jacob, de Daniel, d’Aggée, de Malachie, ont singulièrement embarrassé les juifs qui n’ont pas reconnu Jésus-Christ pour l’envoyé de Dieu. Dans leur Talmud, ils avouent que tous les temps marqués pour la venue du Messie sont passés. Aussi, en désespoir de cause, ont-ils prononcé cette malédiction : Maudits soient ceux qui supputeront le temps du Messie ! Pauvres aveugles !

III. Prophéties concernant la vie du Messie.

1° Sa naissance.

Isaïe prédit qu’il naitra d’une Vierge : « Voici qu’une Vierge concevra et enfantera un fils, qui sera appelé Emmanuel, c’est-à-dire Dieu avec nous. Isaïe, 7.

Or, Jésus est né de la Vierge Marie, comme nous l’apprennent S. Matthieu et S. Luc au commencement de leurs Evangiles. S. Matthieu même a soin de faire remarquer que c’était l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe. Sans doute, c’est un miracle, mais comme le dit l’ange Gabriel à Marie, rien n’est impossible à Dieu. (S. Math I, 22 S. Luc I, 37)

Michée annonce que le Messie naîtra à Bethléem, et cette prédiction est si connue du peuple juif que les Princes des prêtres, interrogés par Hérode, désignent aux Mages Bethléem comme le lieu de naissance. Or, c’est là qu’est né Jésus-Christ.

Balaam avait dit : Une étoile sortira de Jacob, un rejeton s’élèvera d’Israël… Nomb.24, 17 ; C’est le souvenir de cette prophétie qui attira les Mages d’Orient à Jérusalem. Or, les Mages, conduits par l’étoile miraculeuse, sont venus adorer Jésus dans sa crèche.

2° Caractère du Messie.

Isaïe nous le décrit ainsi : « Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné ; il portera sur son épaule le signe de sa principauté ; il sera appelé l’Admirable, le Conseiller, le Dieu fort, le Père du siècle futur le Prince de la paix. Son empire s’étendra de plus en plus, et la paix qu’il établira n’aura point de fin. Il occupera le trône de David…, et son règne durera toujours ». Isaïe 9, 6.

D’autre part, l’ange Gabriel annonce en ces termes la naissance de Jésus-Christ. « Ne craignez point, Marie, vous allez concevoir et mettre au monde un Fils à qui vous donnerez le nom de Jésus. Il sera grand et on l’appellera le Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu le mettra sur le trône de David son père ; il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin ». S.Luc I, 30.

La comparaison de ces deux textes montre clairement que l’Enfant Jésus dont parle l’ange Gabriel est le même que le Messie dont parlait Isaïe. Jésus-Christ seul possède les caractères prédits par le prophète :  Il est le petit enfant qui nous est donné par Dieu ; il porte sur son épaule la croix, sceptre de sa royauté ; il est l’Admirable dans sa naissance et dans sa vie ; le Dieu fort dans ses miracles ; le Conseiller rempli de sagesse dans sa doctrine ; le Père du siècle futur par la vie surnaturelle qu’il nous donne ; le Prince de la paix qu’il apporte au monde, et son royaume, l’Eglise, durera toujours.

3° Miracles du Messie.

Selon le prophète Isaïe, le Christ devait confirmer sa doctrine par des miracles : « Dieu lui-même viendra, et il vous sauvera. Alors les yeux des aveugles seront ouverts, les sourds entendront ; le boiteux bondira comme un cerf et la langue des muets sera déliée. » Isaïe, c. 35 et 42. Or, tels sont les miracles de Jésus-Christ.

4° La passion du Christ.

Tous les détails de la passion ont été prédits à l’avance ; il suffit d’indiquer les principales prophéties.

Zacharie annonce l’entrée triomphale du Messie à Jérusalem, et les trente deniers donnés au traître.

David, dans le Ps 21, décrit la passion du Messie, il le montre accablé d’outrages, entouré d’une populace qui l’insulte, si déchiré de coups qu’on peut compter tous ses os ; il voit ses mains et ses pieds percés, ses vêtements partagés, sa robe jeté au sort, etc.

Isaïe montre le Messie couvert d’opprobres, devenu l’homme de douleurs, conduit à la mort comme un agneau sans se plaindre… Le prophète a soin d’affirmer jusqu’à douze fois que le Christ souffre pour expier les péchés des hommes : il est notre caution, notre victime, notre Rédempteur. Le chapitre 53 d’Isaïe comme le psaume 21, ne peuvent s’appliquer qu’à N-S. Jésus-Christ : Il est donc le Rédempteur promis.

5° La Résurrection du Messie

est annoncée par David et Isaïe : « Vous ne permettrez pas, Seigneur, que votre Saint éprouve la corruption. » Ps 5. « Le rejeton de Jessé, le fils de David, sera donné comme un signe à tous les peuples. Les nations l’invoqueront, et son tombeau sera glorieux » (Isaïe 11).

6° Isaïe, Jérémie, Daniel, prophétisent la réprobation du peuple juif et la conversion des gentils destinés à former le royaume du Messie.

Tous ces oracles étaient conservés, expliqués et enseignés par les anciens docteurs de la synagogue comme indiquant les caractères propres du futur Messie. Or, ils s’appliquent tous à Jésus-Christ et forment un tableau si ressemblant de toute sa vie qu’il est impossible de ne pas l’y reconnaître. Jésus-Christ est donc le vrai Messie dépeint par les prophètes.

Conclusion:

 Dieu, dans l’Ancien Testament, parlant successivement par les patriarches et les prophètes, depuis Adam jusqu’à Malachie, a promis au monde un Messie, un Rédempteur. Ce Messie est toujours annoncé comme l’Envoyé de Dieu muni de tous les pouvoirs de Dieu et Dieu lui-même. Or, ce que nous avons dit prouve que ce Messie promis ne peut être que Jésus-Christ, parce qu’en Jésus-Christ et en lui seul, se sont réalisées les notes caractéristiques du Messie. Jésus-Christ est donc réellement le Messie, et par conséquent l’Envoyé de Dieu, muni de tous les pouvoirs de Dieu et Dieu lui-même.

Aussi, tous les pères et les docteurs de l’Eglise ont-ils présenté l’accomplissement des prophéties en Jésus-Christ comme une preuve décisive de sa mission divine.”

Extrait de “La Religion Demontrée Ou les Fondements de la Foi Catholique Devant la Raison et la Science

– P. A. Hillaire, 1900

p.191

Lire aussi

Laisser un commentaire

QUI SOMMES NOUS

“La Contrerévolution en marche” est un média catholique oeuvrant au Règne Social de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Enfants respectueux de l’Église, nous nous soumettons à son infaillible autorité, et nous déclarons accepter d’avance son jugement si, malgré nos précautions, nous nous sommes trompé en quelque chose.

CONTACT

E-mail:

info@contre-revolution.fr

 

Suivez- NOUS sur les réseaux sociaux