Accueil » Pourquoi les rencontres interreligieuses pour la paix de Sant’ Egidio sont une injure envers Dieu et n’apporteront jamais la paix

Pourquoi les rencontres interreligieuses pour la paix de Sant’ Egidio sont une injure envers Dieu et n’apporteront jamais la paix

Par Brice Michel
rencontres interreligieuses sant egidio

Du 23 au 25 octobre 2022, la communauté Sant’Egidio a organisé la 36e rencontre internationale de prière pour la paix à Rome, intitulée « Le Cri de la Paix-Religions et culture en dialogue ».

Toutes les grandes religions du monde ainsi que des représentants du monde de la culture et des institutions, provenant de plus de 40 pays y participaient.

Le 23 octobre, le centre des congrès « La Nuvola » accueillera l’assemblée inaugurale, à laquelle participeront le chef de l’État Sergio Mattarella, le président français Emmanuel Macron, le fondateur de Sant’Egidio Andrea Riccardi et le président de la Conférence épiscopale italienne, le cardinal Matteo Zuppi, ainsi que le grand rabbin de France Haïm Korsia et le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, Abdul Karim Al-Issa et l’Ukrainienne Olga Makar.

Pour clôturer la rencontre interreligieuse,une  prière interreligieuse pour la paix dans le monde s’est tenue le mardi 25 octobre au Colisée, présidée par le « Pape » François, entouré des responsables religieux du monde entier, comme Riccardo Di Segni, grand-rabbin de Rome, Olav Fykse Tveit, président de la Conférence épiscopale de l’Église de l’Union européenne ou le représentant du Bouddhisme Sôtô Zen, Shoten Minegishi.

Ces rencontres sont organisées chaque année par la communauté laïque Sant’Egidio pour maintenir vivant au fil des années ce qu’ils appellent l’ »esprit d’Assise » à la suite de l’événement du 27 octobre 1986, à Assise, où le « pape » Jean-Paul II avait pour la première fois, avait réuni 130 représentants de religions chrétiennes et non chrétiennes pour prier ensemble.


Qu’est-ce que la communauté Sant’ Egidio ?

La communauté Sant’Egidio fut fondée en 1968, aux lendemains du concile Vatican II, par un groupe d’étudiants italiens et est reconnue et approuvée par le Saint-Siège comme « association internationale publique » C’est une des associations de laïcs « catholiques » les plus influentes de la contre-église conciliaire.

Selon le Journal Libération «Sant Egidio est l’institution préférée de Jorge Mario Bergoglio, celle qui interprète le mieux sa vision du rôle de l’Eglise dans la société et dans le monde», selon un vaticaniste » [1]https://www.liberation.fr/societe/religions/emmanuel-macron-recu-a-rome-par-la-communaute-de-sant-egidio-lonu-du-trastevere-20221023_JFVW2KJCAZH63DQLQ6MAQRR54Q/

 Nombre de ses représentants occupent des fonctions à la Curie comme le « cardinal » Matteo Maria Zuppi, « archevêque » de Bologne Matteo Maria Zuppi, protoype parfait de l’évêque bergoglien[2]https://www.cath.ch/newsf/le-pape-place-le-cardinal-zuppi-a-la-tete-de-lepiscopat-italien-2/ qui fut un des premiers membres de cette organisation dans les années 70 et qui » figure déjà sur les listes de papabili de plusieurs vaticanistes »,[3] https://www.lavie.fr/christianisme/eglise/cardinal-zuppi-leglise-ne-peut-pas-devenir-un-salon-73262.php. C’est dire à quel point elle est intimement liée aux autorités de la contre-église conciliaire et en incarne l’esprit .

Le credo principal de la communauté Sant’Egidio est qu’il peut être mis fin aux guerres par le dialogue interreligieux et par l’œcuménisme, qu’elle s’attache donc à promouvoir dans toutes ses actions. [4]https://www.santegidio.org/pageID/30064/langID/fr/DIALOGUE-INTERRELIGIEUX%C5%92CUM%C3%89NISME.html

Oecuménisme et relativisme : le cœur des rencontres internationales de Sant’Egido :

Quelques  exemples des thèmes des différents forums nous donnent une idée de l’esprit œcuménique de ces rencontres :

FORUM 1 – TERRE MERE : UNE SEULE PLANETE POUR UNE SEULE HUMANITE

FORUM 6 – UNE PAQUES COMMUNE: D’UN REVE A UNE NECESSITE POUR UNIR LE MONDE

FORUM 8 – RELIGIONS, DIALOGUE ET PAIX [5] https://preghieraperlapace.santegidio.org/pageID/31533/langID/fr/tab/31569/Le-Cri-de-la-Paix_25-Oct-2022.html

Certains des participants sont des figures emblématiques de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux :  

Abdelsalam Abdellatif Mohamed :

« SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU HAUT COMITÉ POUR LA FRATERNITÉ HUMAINE » « Il est secrétaire général du Conseil musulman des sages et du Haut comité de la fraternité humaine.

Il est membre du Centre Al Azhar pour le dialogue interconfessionnel et co-président de l’organisation Religions pour la paix. Il était conseiller du grand imam d’Al Azhar, Ahmed Al-Tayeb »

Kurt Koch :

CARDINAL, PRÉSIDENT DU CONSEIL PONTIFICAL POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS, SAINT-SIÈGE  « « professeur de théologie œcuménique » [6]http://www.christianunity.va/content/unitacristiani/fr/cardinal-koch/cardinale-kurt-koch.html, également membre de la Congrégation pour les Églises orientales, de la Congrégation pour la cause des saints et du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux

Di Segni Riccardo :

GRAND RABBIN DE ROME Docteur et grand rabbin de Rome depuis 2001.

En 2010, il est devenu vice-président de la Conférence rabbinique européenne. Actif dans le dialogue interreligieux, notamment avec l’Église catholique, il a établi des relations amicales avec les papes, de Jean-Paul II au pape François. C’est lui qui a accueilli le pape Benoît XVI dans la synagogue de Rome en janvier 2010 et le pape François en janvier 2016.Il a visité la Grande Mosquée de Rome en mars 2007.

Citons enfin quelques extraits des présentations des conférences qui nous donneront la tonalité de l’événement :

« L’œcuménisme et un nouveau langage de dialogue entre les chrétiens peuvent contribuer à guérir le monde des divisions et à favoriser des voies de réconciliation »

« Les religions ont la responsabilité d’aider chacun à penser, ensemble, avec l’autre et non contre l’autre, au-delà des frontières personnelles et nationales, ethniques, religieuses, sociales. Pour créer une nouvelle mondialisation »

« redécouvrir ce qui unit plutôt que ce qui divise. »

Tout ceci fait évidemment penser à une nouvelle religion mondiale universelle réunissant toutes les croyances dont rêve Franc-Maçonnerie. L’idéal de la Franc-Maçonnerie est en effet notamment de réaliser l’union de toutes les religions dans une espèce de fraternité universelle, un panthéon de toutes les croyances.

On voit qu’au-delà de la dimension œcuménique il y même une volonté de syncrétisme religieux puisque pour l’un de ces formum ( FORUM 6 – UNE PAQUES COMMUNE: D’UN REVE A UNE NECESSITE POUR UNIR LE MONDE), il  est question de de trouver un rite qui serait commun entre l’Eglise catholique et les rites des religions schismatiques et hérétiques qui se sont séparées de l’Eglise catholique : « Une date commune pour la célébration de Pâques aujourd’hui est possible. C’est devenu une nécessité. »

Le discours d’introduction d’ Andrea Riccardi l’un des fondateurs de la Communauté de Sant’Egidio est très révélateur également : [7] https://preghieraperlapace.santegidio.org/pageID/31545/langID/fr/PROGRAMME.html

Le fil conducteur de son discours est que les religions doivent s’unir, et qu’il faut donc casser les barrières.

« Les religions ne sont pas des fossiles, que la modernité et la pensée scientifique finiront par enterrer, comme le croyait tant la pensée publique occidentale. Ce sont des organismes vivants »

Il s’agit là d’une profession de foi typiquement moderniste hérétique selon laquelle la religion doit évoluer et s’adapter aux nécessités du temps (idée condamnée par l’encyclique Pascendi Dominici gregis de Saint Pie X our par Pie XI dans Mortalium Animos [8]« En vérité, nous ne savons pas comment, à travers une si grande divergence d’opinions, la voie vers l’unité de l’Eglise pourrait être ouverte, quand cette unité ne peut … Continue reading )

« Nous avons été témoins d’un tournant : la rencontre de 1986 à Assise, la patrie de saint François. Là, alors, Jean-Paul II a proposé une vision : les religions, non pas les unes contre les autres, mais ensemble et priant pour la paix.

« Assise en 1986 était une vision inspirante pour nous. Un message qui a préparé la mondialisation dans la perspective d’un destin commun dans la diversité. »

« Ces journées réunissent à Rome les dirigeants et les croyants de diverses religions aux côtés d’humanistes laïcs »

Sous-jacente à cette idée d’unir les différentes religions dans une vision et un destin commun, il y a  bien cette idée d’une religion mondiale ou en tous cas d’une spiritualité, d’une « âme «  commune à ce nouveau nouveau monde globalisé, il  faut en tous cas inventer quelque chose de nouveau. Andrea Riccardi suggère clairement l’idée puisque vers la fin de son discours il déclare :

« Dans cette conscience se trouvent les ressources d’un imaginaire alternatif qui dessine une vision de paix face aux pensées fatiguées et résignées »

« En effet, le nouveau géant mondial a besoin d’une âme. »

A ce discours font échos les propos d’Emmanuel Macron, qui fut invité et qui a prononcé un discours lors de l’inauguration :

« je pense que les religions ont un message d’universalisme à porter(…)mais qu’est-ce que cet universalisme ? D’abord, ce n’est pas un discours, une religion, une vérité qui dominerait le reste du monde, l’universalisme n’est pas une hégémonie…c’est une volonté comprendre ce que nous faisons à l’échelle du monde et de dialoguer avec les autres et de chercher la part d’universel, d’irréductible à chacun de nous (… ) l’universalisme c’est ce qui vise à bâtir cette unité de la nature humaine » [9]https://www.youtube.com/watch?v=5OBt1Mp0yxc&t=1480s

« Il y a un projet humaniste possible pour ce projet humaniste qui est à réinventer, les religions, les grandes familles philosophiques ont un rôle essentiel à jouer »

Macron reprend évidemment à son compte cette vielle chimère maçonnique, ce « projet humaniste » en construction permanente, comme si la vérité n’était pas quelque chose qui existe et à laquelle les hommes de bonne volonté doivent se soumettre mais le fuit d’un dialogue, d’un marchandage entre des points de vue multiples, un processus à « bâtir », en évolution perpétuelle. On voit ici le fonds de la pensée de Macron, qui est le relativisme. Dans l’esprit égaré de Macron, il n’existe en effet pas une vérité unique, il le dit d’ailleurs explicitement à un autre moment de son discours pour fustiger ce qu’il appelle les « rêves de pureté » de certains :

Il s’emporte en effet contre « le rêve d’une pureté religieuse (..) consistant face à ces doutes, à ces troubles, à cet ébranlement des consciences, c’est de revenir à une vérité unique et à des ennemis clairs qu’il faut combattre »

Il s’agit là d’une attaque directe à la fois contre la raison (en vertu du principe de non contradiction et d’identité. Par exemple, soit Jésus-Christ est le Fils de Dieu soit il ne l’est pas. Mais si une religion le reconnaît et les autres le nient, alors l’une est vraie et les autres sont fausses, elles ne peuvent pas être toutes vraies tout en se contredisant sur un point essentiel comme la divinité du Christ)

Pie VIII, par exemple, enseigne dans Traditi hiumiliati :

« Les seules lumières de la raison suffisent pour renverser ce système mortel d’indifférence en matière de religion, et nous avertissent que si deux religions diffèrent, et que l’une soit vraie, l’autre est nécessairement fausse, et qu’il ne peut exister aucun accord entre les ténèbres et la lumière. Ayez soin, vénérables Frères, de vous opposer à ces faux docteurs, et enseignez aux peuples que la foi catholique est la seule véritable, qu’ainsi que le dit l’Apôtre,»

Pape Pie VIII, Traditi humilitati nostrae (Encyclique) 24 mai 1829

Et dans Singulari Quidem  Pie XI nous dit:

« Il n’y a qu’une vérité divinement révélée, une seule foi divine, principe du salut de l’homme, fondement de toute justification, vie du juste, sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu »

Pie IX, lettre encyclique Singulari Quidem, 17 mars 1856

Pourquoi ces rencontres internationales de Sant‘Egidio sont une injure envers Dieu et n’apporteront jamais la paix:

Cet événement s’est clôturé par une prière œcuménique à l’intérieur du Colisée présidée par le « pape » François, en présence avec des représentants de religions chrétiennes et non chrétiennes et la lecture d’un «appel de paix». [10]https://www.youtube.com/watch?v=p5YeisXhCsU

Le droit canon, les Saintes Ecritures, les saints et le Magistère de l’Eglise nous enseignent pourtant que nous devons fuir l’union avec les infidèles dans la prière.

Rappelons en effet tout d’abord que la prière avec les infidèles est interdite dans le droit canon :

Code de droit canonique de 1917, Canon 1258 « Il n’est pas permis aux fidèles d’assister activement ou de prendre part, sous quelque forme que ce soit, aux rites sacrés non-catholiques »

La Sainte Ecriture, dans les psaumes, nous rappelle que les divinités païennes, les faux dieux sont en réalité un hommage au démon :

95.5 « Tous les dieux des nations sont des démons »

Dans le Nouveau Testament, Saint Paul enseigne également qu’on ne doit pas vouloir s’unir aux infidèles :

« N’ayez aucun désir de vous unir avec les infidèles. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?

Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.»2 Corinthiens 6 :14

Saint Thomas dans la Somme théologique donne les explications suivantes sur la superstition et l’idôlatrie nous en donne la raison :

La prière, adressée aux fausses divinités ou animée d’opinions religieuses contrastant en tout ou en partie avec la Révélation divine, n’est pas acte de culte mais de superstition, elle n’honore pas Dieu mais L’offense ; objectivement au moins, c’est un péché contre le premier commandement (cf. S. Th.

II II, qq. 92-96).

Et dès les origines du mouvement œcuménique Pie XI dans un décret du 8 juillet 1927 avait d’ailleurs condamné l’œcuménisme et même interdit aux catholiques de participer aux réunions de «Life and Work» et de «Faith and Order», qui étaient des mouvements œcuméniques d’inspiration luthérienne voulantt oeuvrer à la réunion des églises séparées.

Par ailleurs voici ce qu’il déclara dans l’encyclique Mortalium Animos qui est une condamnation explicite du type de congrès interreligieux organisés par Sant’ Egido, le texte semble visionnaire, tant il semble décrire mot pour mot la réalité et l’esprit de ces congrès :

« On comprend donc aisément, et cela d’autant mieux que plus personne ne refuse d’admettre l’unité du genre humain, pourquoi la plupart des hommes désirent voir, au nom de cette fraternité universelle, les divers peuples s’unir entre eux par des liens chaque jour plus étroits.

C’est un résultat semblable que d’aucuns s’efforcent d’obtenir dans les choses qui regardent l’ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu’il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l’espoir qu’il serait possible d’amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C’est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d’auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu’elles s’appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s’égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l’athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c’est s’éloigner complètement de la religion divinement révélée. »

Pie XI,encyclique Mortalium Animos, 6 janvier 1928

Le pape Pie XI interdit même formellement aux catholiques d’y participer :

« On comprend donc, Vénérables Frères, pourquoi ce Siège Apostolique n’a jamais autorisé ses fidèles à prendre part aux congrès des non-catholiques: il n’est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu’en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu’ils ont eu jadis le malheur de s’en séparer.

Le retour à l’unique véritable Eglise, disons-Nous, bien visible à tous les regards, et qui, par la volonté de son Fondateur, doit rester perpétuellement telle qu’il l’a instituée lui-même pour le salut de tous. Car jamais au cours des siècles, l’Epouse mystique du Christ n’a été souillée, et elle ne pourra jamais l’être, »

Pie XI,encyclique Mortalium Animos, 6 janvier 1928

L’idée de fédérer tous les chrétiens semble être inspirée par la charité, mais le Pape Pie XI nous explique la charité ne peut en aucun cas se faire au détriment de la vérité et de la foi :

« Il est vrai, ces panchrétiens qui cherchent à fédérer les églises, semblent poursuivre le très noble dessein de promouvoir la charité entre tous les chrétiens; mais comment la charité pourrait-elle tourner au détriment de la foi? Personne sans doute n’ignore que saint Jean lui-même, l’Apôtre de la charité, que l’on a vu dans son Evangile, dévoiler les secrets du Coeur Sacré de Jésus et qui ne cessait d’inculquer dans l’esprit de ses fidèles le précepte nouveau:  » Aimez-vous les uns les autres « , interdisait de façon absolue tout rapport avec ceux qui ne professaient pas la doctrine du Christ, entière et pure:  » Si quelqu’un vient à vous et n’apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison et ne le saluez même pas  » (Joan. II, 10). C’est pourquoi, puisque la charité a pour fondement une foi intègre et sincère, c’est l’unité de foi qui doit être le lien principal unissant les disciples du Christ »

Pie XI,encyclique Mortalium Animos, 6 janvier 1928

Dans un article de datant de 1987, intitulé « LE SCANDALE D’ASSISE SE RENOUVELLE » le Courrier de Rome avait expliqué en quoi les cérémonies interreligieses consistuaient une grave offense à Dieu. [11]« ROME 28 OCTOBRE 1987. LE SCANDALE D’ASSISE SE RENOUVELLE »https://www.courrierderome.org/sites/default/files/2011_CdR_Complet.pdf

De la part de ces prélats qui sont censés représenter la foi catholique et la prêcher aux fidèles participer à de telles prières revient en réalité à renier la foi catholique :

« Le reniement de Notre Seigneur Jésus-Christ est public, car, encore une fois, des ministres du Christ, contre la Divine Révélation, mettent publiquement sur le même plan d’égalité, la prière de l’ Église Catholique qui s’ adresse à Dieu par le moyen de l’ unique Médiateur Jésus-Christ, et la prière des infidèles qui excluent l’indispensable médiation sans laquelle aucune prière humaine n’ est acceptée par Dieu. »

C’est d’autant plus grave que cela est fait dans un lieu, le Colisée qui est symbole de la ville de Rome et que le pape Benoît XIV en 1749 consacrée au Christ et aux martyrs chrétiens. C’est une insulte vis-à vis de ces martyrs qui ont préféré la mort plutôt que de ne pas professer la foi catholique !

Et vis-à-vis des infidèles, il s’agit d’un mensonge et d’un péché car la charité, car les autorités de l’Eglise sont tenues d’évangéliser et de les convertir

« La tromperie envers tous, catholiques et infidèles, car, encore une fois, des ministres de la Parole de Dieu, contre le Nouveau et l’Ancien Testament, présentent la paix entre les nations comme le « bien fondamental » et « suprême » de l’homme, alors qu’il ne servira à rien à l’homme d’avoir gagné le monde entier s’il a perdu son âme : la « paix » dont le Christ est le Prince, n’est pas une paix politique, mais elle est la Paix de l’homme avec Dieu. En outre des ministres de la Parole de Dieu, encore une fois, contre les saintes Écritures, donnent l’illusion aux âmes de pouvoir obtenir de Dieu la paix temporelle par une initiative qui L’offense »

Dans un article du même Courrier de Rome de 1986 « CRITÈRES THÉOLOGIQUES POUR CONDAMNER LA JOURNÉE MONDIALE DE PRIÈRES POUR LA PAIX », l’auteur nous donne une liste de critères s’appliquant parfaitement à tous les congrès et journées organisés depuis par la communauté Sant Egidio :

« 1) Une injure faite à Dieu ;

2) Une négation de la nécessité universelle de la Rédemption ;

3) Un manque de justice et de charité envers les infidèles ;

4) Un danger et un scandale pour les catholiques ;

5) Une trahison de la mission de l’Église et de saint Pierre »

D’où vient la paix ?

Saint Bernard dans son, 98e SERMON. » Des Fils de la paix en qui Dieu habite » nous dit ceci ;

« Il y a une paix feinte, telle est celle de Judas. Il y en a une qui est contre l’ordre, comme celle d’Adam et d’Ève. Ni l’une ni l’autre n’est le lieu où le Seigneur habite. Il n’y a que la paix chrétienne, celle que le Seigneur laisse et donne à ses disciples qui soit le lieu du Seigneur. Elle est offerte au monde entier par les saints prédicateurs, mais il y en a qui la repoussent comme il s’en trouve qui la reçoivent »

Saint Bernard.98e SERMON. « Des Fils de la paix en qui Dieu habite »[12]https://www.bibliotheque-monastique.ch/bibliotheque/bibliotheque/saints/bernard/tome04/sermdiv/sermdiv098.htm

Dieu seul est l’auteur de la paix véritable, lui seul la donne, et ce n’est pas la fausse paix du monde :

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne la donne pas comme la donne le monde. Que votre cœur ne se trouble point et ne s’effraye point. »

Jean 14.27

C’est Jésus-Christ apporte d’abord la Paix avec Dieu et avec eux-mêmes. C’est d’ailleurs pour apporter aux hommes la paix avec Dieu et avec eux-mêmes que Jésus-Christ est descendu du ciel :

« Il y a une triple paix: la paix avec Dieu, la paix avec le prochain et la paix avec soi-même J . C. donne cette triple paix. Voulez vous la posséder? allez à lui, demandez-la-lui ; il est notre paix, la vraie et divine paix. Faites en sorte que J . C. habite dans votre cœur, et la paix y descendra avec lui »[13]http://www.liberius.net/livres/Les_tresors_de_Cornelius_a_Lapide_(tome_3)_000000907.pdf

Les Prophètes ont d’ailleurs appelé Jésus-Christ le « Prince de la Paix ». Parlant du Messie, le prophète Michée dit : » Celui-ci sera la paix » v.5. Cette Paix c’est d’abord la paix entre l’homme et Dieu qui avait été rompue par le péché originel.

« En mourant sur la Croix Jésus-Christ a détruit le mur de séparation qui existait entre Dieu et l’homme ; il a uni l’homme à Dieu » Les Tresors de Cornelius a Lapide Tome 3. LA Paix [14]http://www.liberius.net/livres/Les_tresors_de_Cornelius_a_Lapide_(tome_3)_000000907.pdf

Citons de nouveau l’article du courrier de ROME d’ OCTOBRE 1986 . Cet article explique très bien que la seule manière de chercher la paix consiste à chercher le Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est-à-dire très inversement l’inverse des prières interreligieuses qui sont une négation en acte de la Royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ puisqu’en le mettant sur le même plan que les autres divinités elles nient sa Royauté et sa Divinité :

« Il est, de plus, le Prince de la Paix (Is. IX 6, cf. Éph. II 14 et Michée V 5), car les divisions, les conflits et les guerres sont le fruit amer du péché dont l’homme ne se libère pas par sa vertu propre, mais en vertu du Sang du Rédempteur ». Quelle part Notre Seigneur Jésus-Christ aura-t-il à Assise à la prière des «représentants des autres religions» non chrétiennes? Aucune, car il reste pour eux soit une inconnue, soit une pierre d’achoppement, signe de contradiction. L’ invitation qui leur est adressée de prier pour la paix du monde suppose ou laisse inévitablement supposer qu’ il y a des gens les chrétiens qui doivent s’ approcher de Dieu par la médiation de Notre Seigneur Jésus-Christ et en son nom, et d’autres le reste du genre humain qui peuvent s’ approcher de Dieu directement et en leur propre nom, sans tenir compte du Médiateur ; des hommes qui doivent ployer le genou devant Notre Seigneur Jésus-Christ, et d’ autres qui en sont exemptés ; des hommes qui doivent chercher la paix dans le règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et d’ autres qui peuvent obtenir la paix en dehors de son règne et même en s’ y opposant (…)ils sont détournés des biens éternels vers un bien temporel vers une fin secondaire naturelle, comme s’ ils n’ avaient pas à se procurer une fin dernière surnaturelle, celle-ci vraiment fondamentale et suprême: «Cherchez le règne de Dieu et sa Justice, et le reste vous sera donné en surplus».

On voit bien que la paix ne peut régner qu’une fois que la paix est faite avec Dieu en suivant la vraie religion, le catholicisme, par conséquent et non en le niant. L’objectif de la paix temporelle est second par rapport à celui de la paix surnaturelle, il en découle et ne peut être recherché comme fin en soi en faisant l’impasse sur le dimension spirituelle et la recherche de la vérité et de la vraie foi.   « Il n’y a point de paix pour l’impie », dit Isaïe : Non est pax impiis (LVII.21). « Si vous aviez marché dans la voie de Dieu, dit le prophète Baruch, vous habiteriez au sein d’une éternelle paix « (III 13). Si l’on veut la paix, il faut donc fuir et détester l’impiété et les fausses religions.

« la paix est sérénité d’âme, tranquillité d’esprit, simplicité de cœur, un lien d’amour, l’inséparable compagne de la charité. Elle empêche les rivalités, arrête les guerres, comprime les emportements, foule aux pieds les orgueilleux, aime les humbles, apaise ceux qui ont en désaccord, et réconcilie les ennemis »

Saint Augustin

Notons qu’un tel propos contraste radicalement avec les propos de Macron lors de cette conférence, puisqu’il nous dit très exactement l’inverse :« Mais il faut le courage pour tenir la paix dès qu’elle est possible, d’une forme d’intranquillité. Je vous disais que la paix était impure, elle est toujours intranquille ». Inversion proprement démoniaque.

Le vrai remède pour amener la paix n’est pas d’organiser des rencontres interreligieuses mais de proclamer au contraire la Souveraineté de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est ce qu’enseigne explicitement le Pape Pie XI dans son encyclique Quas Primas. Il nous dit en effet que

« jamais ne pourrait luire une ferme espérance de paix durable entre les peuples tant que les individus et les nations refuseraient de reconnaître et de proclamer la souveraineté de Notre Sauveur. C’est pourquoi, après avoir affirmé qu’il fallait chercher la paix du Christ par le règne du Christ. Nous avons déclaré Notre intention d’y travailler dans toute la mesure de Nos forces ; par le règne du Christ, disions-Nous, car, pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyions pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur.

Pape Pie XI, encyclique Quas Primas, 1925

Conclusion :

D’un point de vue catholique, pour que la paix règne, elle doit d’abord régner entre les hommes et Dieu, car la guerre est la conséquence du péché. Ce sont toutes ces vérités qui sont niées et rejetées lors de ces prières interreligieuses. L’apostasie fraternelle et le bavardage interreligieux y sont substitués au vrai culte de Dieu : le sacrifice de la Sainte Messe. Le catholicisme amène à la paix par la vérité tandis que ces apostats réunis en Congrès des religions mondiales veulent nous amener vers la paix au mépris de la vérité, avec la religion de l’Antéchrist, une fausse fraternité indifférente à la révélation divine qui finira en tyrannie. Ce n’est certainement pas en rendant hommage à des faux dieux et des fausses religions que la vraie paix peut advenir.

Notes

Notes
1 https://www.liberation.fr/societe/religions/emmanuel-macron-recu-a-rome-par-la-communaute-de-sant-egidio-lonu-du-trastevere-20221023_JFVW2KJCAZH63DQLQ6MAQRR54Q/
2 https://www.cath.ch/newsf/le-pape-place-le-cardinal-zuppi-a-la-tete-de-lepiscopat-italien-2/
3 https://www.lavie.fr/christianisme/eglise/cardinal-zuppi-leglise-ne-peut-pas-devenir-un-salon-73262.php
4 https://www.santegidio.org/pageID/30064/langID/fr/DIALOGUE-INTERRELIGIEUX%C5%92CUM%C3%89NISME.html
5 https://preghieraperlapace.santegidio.org/pageID/31533/langID/fr/tab/31569/Le-Cri-de-la-Paix_25-Oct-2022.html
6 http://www.christianunity.va/content/unitacristiani/fr/cardinal-koch/cardinale-kurt-koch.html
7 https://preghieraperlapace.santegidio.org/pageID/31545/langID/fr/PROGRAMME.html
8 « En vérité, nous ne savons pas comment, à travers une si grande divergence d’opinions, la voie vers l’unité de l’Eglise pourrait être ouverte, quand cette unité ne peut naître que d’un magistère unique, d’une règle unique de foi et d’une même croyance des chrétiens. En revanche, nous savons très bien que, par là, une étape est facilement franchie vers la négligence de la religion ou indifférentisme et vers ce qu’on nomme le modernisme, dont les malheureuses victimes soutiennent que la vérité des dogmes n’est pas absolue, mais relative, c’est-à-dire qu’elle s’adapte aux besoins changeants des époques et des lieux et aux diverses tendances des esprits, puisqu’elle n’est pas contenue dans une révélation immuable, mais qu’elle est de nature à s’accommoder à la vie des hommes. » https://www.vatican.va/content/pius-xi/fr/encyclicals/documents/hf_p-xi_enc_19280106_mortalium-animos.html Pie XI,encyclique Mortalium Animos, 6 janvier 1928
9 https://www.youtube.com/watch?v=5OBt1Mp0yxc&t=1480s
10 https://www.youtube.com/watch?v=p5YeisXhCsU
11 « ROME 28 OCTOBRE 1987. LE SCANDALE D’ASSISE SE RENOUVELLE »https://www.courrierderome.org/sites/default/files/2011_CdR_Complet.pdf
12 https://www.bibliotheque-monastique.ch/bibliotheque/bibliotheque/saints/bernard/tome04/sermdiv/sermdiv098.htm
13 http://www.liberius.net/livres/Les_tresors_de_Cornelius_a_Lapide_(tome_3)_000000907.pdf
14 http://www.liberius.net/livres/Les_tresors_de_Cornelius_a_Lapide_(tome_3)_000000907.pdf

Lire aussi

Laisser un commentaire

QUI SOMMES NOUS

La Contrerévolution en marche est un média en ligne oeuvrant au Règne Social de Notre Seigneur Jésus-Christ en France, afin de rétablir un ordre politique et moral chrétien.

CONTACT

E-mail:info@contre-revolution.fr

 

 

Copyright© 2022 

LaContrerévolutionEnMarche